Sculptures optimistes

Sous-titrée « Comment faire bouger les choses« , cette série se compose de grands cubes de béton présentant sur chaque face la semelle d’une chaussure. Ces « cubes qui marchent » sont très lourds et demandent un effort pour être déplacés à la manière de ce que l’on entreprend parfois.

Réflexion physique sur l’immobilisme social et, dans ce contexte de crise, notre restriction de mouvement, le tout forme un jeu minimal et brut qui s’installera sur la pelouse de la cour de l’atelier 2.

%d blogueurs aiment cette page :